Mes chansons

Bienvenue dans la section qui me tient le plus à coeur : celle de mes compositions! Voilà très longtemps que je souhaite composer, mais ce n’est que tout récemment que j’ai trouvé le type de chansons qui m’inspire vraiment : les chansons qui content des histoires.

Je pourrais diviser cette section en trois grandes catégories. C’est évidemment une classification grossière, puisque je vois d’abord mon travail comme un tout, mais ça se veut être une manière de vous guider dans cette partie plus remplie que les autres.

Les chansons humoristiques : Les extraordinaires et très-véridicques adventures du Baron de Münchhausen, Les souhaits ridicules

Les fables (chansons où je tente de véhiculer un message) :  Le corbeau atteint d’une flèche, Rose Latulipe, Le roi et le pêcheur

Les contes (chansons qui veulent d’abord raconter une histoire) : Bedd Gelert, L’espoir d’un printemps, Blanche Biche

Certains textes sont purement issus de mon imagination, tandis que d’autres se basent sur des légendes, des fables ou d’autres sources d’inspiration. Le cas échéant, bien entendu, lesdites inspirations sont mentionnées.

Quelques histoires en vers, chansons, François-Félix Roy, Maddi Berger
© Maddi Berger (https://maddiberger.myportfolio.com/).

À propos de moi

Quelques histoires en vers, François-Félix Roy, Accordéon

Photo : Marie Laliberté

Bonjour à tous, je m’appelle François-Félix Roy. Étudiant québécois guilleret – même dans la tempête de neige – je me suis toujours intéressé à la poésie. J’ai fait du slam pendant plusieurs années, plus jeune, mais j’écrivais surtout sur la politique (sujet qui maintenant me rend plus maussade qu’autre chose). Depuis un peu moins de deux ans, je me concentre sur tout ce qui ressemble de près ou de loin aux contes.

Je commence, à compter de l’an prochain, des études en musique traditionnelle québécoise, avec la guitare et l’accordéon comme instruments. Nul doute que je trouverai ça très stimulant, notamment pour alimenter ce site!

Je mène aussi d’autres projets en plus du présent site internet, quoique de moindre envergure. Je vous invite ainsi à faire un tour sur ma chaîne Youtube. J’y mets des interprétations de mes chansons favorites (dont une belle brochette se trouve dans la section « Mes favorites » du site). J’y publie des chansons traditionnelles (et pas qu’en français!) ainsi que des chansons de mes chansonniers préférés, à commencer par Georges Brassens et Félix Leclerc (un des grands de la chanson québécoise). Vous y verrez aussi plusieurs pièces que je fais en duo avec mon frère, qui est accordéoniste.

De plus, je collabore depuis un an avec un ami espagnol, créateur du génial site Le bon maître me le pardonne, rassemblant ses traductions en vers de nombreuses chansons de Georges Brassens, certaines en espagnol, d’autres en valencien (variante du catalan). Mes interprétations accompagnent quelques-unes des chansons en espagnol, et je continue à en apprendre dans le but de les enregistrer pour son site.

Autres curiosités? Je suis grand amateur de Donjons et Dragons, passionné d’étymologie et amoureux des plantes. Aussi, si vous vous baladez dans le métro de Montréal, il se peut que vous me croisiez, jouant avec mon frère!

Si vous souhaitez m’écrire, vous pouvez le faire à partir du formulaire ci-dessous ou en écrivant à l’adresse suivante : francoisfelixroy@gmail.com

Bedd Gelert

Bedd Gelert est une légende que je connais depuis que je suis tout jeune. Elle est originaire du Pays de Galles (son nom provient d’ailleurs du gallois – je vous invite à le traduire après votre lecture, pour éviter de vous révéler quoi que ce soit). C’est la première histoire que j’ai mise en chanson, il y a à peu près un an.


© François-Félix Roy 2018 

Fut un prince n’ayant au monde qu’un fils
Et comme fidèle garde un chien à son service
Le vieil animal protégeait le berceau
Son maître, en chuchotant, lui adressait ces mots :

« Oh, Gelert
Oh mon vieil ami

Par-delà mes terres, il me faut partir
Je vois que tu te dresses, brûlant de venir
Or toi seul as ma confiance, protège mon nouveau-né
Mon fils est sans défense, reste à son côté

Oh, Gelert
Je te confie sa vie »

Sitôt le maître sorti, Gelert se leva
Au chevet du petit, sagement il veilla
Il entendait sa calme respiration
Mais non loin un souffle rauque troubla son attention

« Oh, Gelert
Je te confie sa vie »

Dans l’angle de la porte un loup écumait
Son flair attiré par l’enfant qui sommeillait
Or Gelert avait au cœur une loyauté suprême
Alors quand le loup bondit, Gelert fit de même

Le chien combattit l’assaillant
Le loup, avec force, le mordit
Les draps sur le petit
Étaient maculés de sang
Le loup succomba dans un coin
Sous les coups du brave chien

Le prince, à son retour, vit son fils, le sang au corps
Sans voir qu’il dormait, il crut son enfant mort
Puis se tourna, avec horreur, vers Gelert, la gueule en sang
Croyant venger son nouveau-né, il tua l’innocent

Dans le silence de la pièce, soudain, surgirent des pleurs
L’enfant s’étant réveillé à la mort de son sauveur
Alors le prince vit le corps du loup, caché non loin,
Il comprit sa grave erreur et s’écroula près du chien

Depuis ce jour funeste
Le prince pleure son ami

« Oh, Gelert
Je t’ai confié sa vie »